Découverte de l’original tamoul de la légende de la variole de la vache de Francis Whyte Ellis

[For an English version, click here]

Il y a quelques mois, l’un de mes excellents collègues – Grégoire Schlemmer, pour ne pas le nommer – me signala l’existence d’un petit fonds de manuscrits indiens à la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), qu’on peut consulter aujourd’hui à la Réserve de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC).

J’achevais au même moment la lecture du remarquable Languages & Nations: The Dravidian Proof in Colonial Madras de Thomas R. Trautmann (2006). L’auteur y rend toute sa place à Francis Whyte Ellis (1777-1819) pour avoir établi l’existence de la famille des langues dravidiennes. On apprend dans cet ouvrage (p. 114-115) qu’Ellis composa en tamoul une légende à propos de la variole de la vache. Il s’agissait de lever les réticences des populations locales envers la vaccination contre la variole de l’homme, mise au point par Edward Jenner à la fin du XVIIIe siècle. Trautmann donne en appendice (p. 231-241) la traduction anglaise de cette légende, collationnée à partir de deux versions provenant d’archives, et précise qu’il n’a pu retrouver le texte tamoul original1.

Au début du mois de mars de cette année j’ai pu trouver le temps de m’intéresser au fonds de manuscrits indiens de la BIULO. Des notices sont disponibles sur le catalogue en ligne de la BULAC. Elles dérivent du travail effectué sur ce fonds quelque peu oublié par Jérôme Petit qui en a tiré un article pour « rendre [ces manuscrits] visibles aux yeux de tous » (2007, p. 191). Il y fournit une liste (p. 195-199) afin de « donner un aperçu de l’ensemble du fonds, laissant les chercheurs intéressés par un manuscrit en particulier se reporter à la notice du catalogue ou au manuscrit lui-même » (p. 195).

Examinant cette liste, mon attention fut immédiatement attirée par le manuscrit catalogué sous la cote MS.IND.4. Petit (2007, p. 196) le décrit comme suit2 :

 Ārāmāvaravilakkam. Tamoul et Anglais. Non daté (fin XVIIIe siècle). Papier européen, filigrane à fleur de lys “Curteis and Sons” daté 1799. 19 x 24 cm. 56 pages. « Traité sur la vaccination antivariolique mis en forme de traité indien », selon la fiche de Jean Filliozat. Texte tamoul p. 5-24 et traduction anglaise p. 25-48.

Pouvait-il s’agir d’autre chose que du traité d’Ellis, précédé, qui plus est, de son original tamoul, puisque, d’après les archives consultées par Trautmann (2006, p. 232), son titre tamoul est Aramavara Vilaccam ? Je me rendis donc à la BULAC le 11 mars 2013 pour examiner ce manuscrit à la Réserve et en avoir le cœur net. Je pus alors constater que la traduction anglaise correspondait bien avec celle donnée en appendice par Trautmann et que le texte tamoul en était bien la version en langue originale.

Le manuscrit se présente sous la forme d’un livre à reliure occidentale en cuir (?). Les pages ont été numérotées au crayon, peut-être postérieurement. Le texte tamoul est en scriptio continua, sans puḷḷi pour marquer les consonnes pures, mais avec double kompu (encore qu’irrégulier) pour distinguer les voyelles longues médianes ō et ē des voyelles brèves médianes o et e. Un macron est aussi (occasionnellement) utilisé pour signaler qu’une consonne doit se lire avec la vocalisation a.

Le livre a fait partie de la collection de « The Honble Frederic North » comme l’indique l’ex-libris collé au dos de la couverture avant (ill. 1).

Ill. 1. Photo : Emmanuel Francis. Avec l'aimable autorisation de la BULAC

Ill. 1. Ex-libris de Frederic North. Photo : Emmanuel Francis. Avec l’aimable autorisation de la BULAC.

Cet ex-libris porte en outre la devise (« La vertu est la seule noblesse ») des comtes de Guilford3. Dans la lignée de ces derniers il apparaît que notre bibliophile n’est autre que Frederic ou Frederick North (1766-1827). Il fut le premier gouverneur de Ceylan (1798-1805) et un grand collectionneur de manuscrits. Sa collection fut vendue à sa mort et une bonne partie de celle-ci est aujourd’hui conservée à la British Library4. Je n’ai pas pu déterminer si North connut personnellement Ellis, mais ce n’est pas impossible. Une autre possibilité est que North acquit le manuscrit après la mort d’Ellis en 18195.

Le papier, avec son filigrane « 1799 », nous donne le terminus a quo pour la date du manuscrit. Un terminus ad quem est peut-être fourni par l’ex-libris. En 1817, Frederic(k) North devint en effet le cinquième comte de Guilford, après les décès successifs de ses deux frères aînés, et cessa alors théoriquement de porter le titre « The Honble »6. Il est cependant possible que North continua à porter ce titre ou même qu’il avait à épuiser, alors même qu’il était devenu comte, un stock d’ex-libris portant son ancien titre.

Sur la page 5 du manuscrit figure le titre tamoul (ill. 2) : āṟāmāvaraviḷakkam, « Lumière sur le sixième grand bienfait » (āṟām+mā+varam+viḷakkam)7.

Ill. 2. Photo : Emmanuel Francis. Avec l'aimable autorisation de la BULAC

Ill. 2. Page 5 (détail). Photo : Emmanuel Francis. Avec l’aimable autorisation de la BULAC.

Cette sixième faveur est le vaccin contre la variole de l’homme qui, comme on le sait, est préparé à partir de la vaccine ou variole de la vache. Ce titre révèle l’astuce d’Ellis pour convaincre les indiens, particulièrement les hindous : il ajoute la vaccine, présente dans les pustules d’une vache infectée, à la liste traditionnelle des cinq produits de la vache (pañca-gavya, à savoir le lait, le beurre, le yaourt, l’urine et la bouse) que les adorateurs de la vache considèrent comme des bienfaits.

Le texte tamoul est donné des pages 7 à 24 (ill. 3).

Ill. 3. Photo : Emmanuel Francis. Avec l'aimable autorisation de la BULAC

Ill. 3. Page 7. Photo : Emmanuel Francis. Avec l’aimable autorisation de la BULAC.

Cette dernière page contient une strophe en mètre kalittuṟai (orthographié kalitturai dans le manuscrit, ill. 4) qui n’apparaît dans aucune des trois traductions anglaises connues. C’est une sorte de colophon mentionnant qu’Ellis est l’auteur du texte.

Ill. 4. Photo : Emmanuel Francis. Avec l'aimable autorisation de la BULAC

Ill. 4. Page 24 (détail). Photo : Emmanuel Francis. Avec l’aimable autorisation de la BULAC.

La page 25 donne le titre anglais : A Translation of the ÁràmàvaraViˋlaccam8.

La traduction anglaise est donnée des pages 27 à 48.

Le manuscrit de la BIULO contient donc l’unique version tamoule connue à ce jour de la légende de la variole de la vache d’Ellis. S’il reste à déterminer si ce manuscrit est de la main d’Ellis, il nous permettra en tout cas de juger ses talents en tant qu’auteur en langue tamoule : comment il manie la langue, comment il traduit les termes et opérations techniques liés à la vaccination.

Ce texte d’Ellis s’inscrivait dans un projet de popularisation de la vaccination anti-variolique que Dominik Wujastyk a appelé « pious fraud » (1987) : pour vaincre les résistances des populations locales, certaines personnes bien intentionnées répandirent l’idée que cette technique médicale était connue de la médecine traditionnelle indienne9. Wujastyk, écrivant avant la parution de l’ouvrage de Trautmann, discute un article paru dans le Madras Courier du 12 janvier 181910. Un certain Calvi Virumpon (transcription du tamoul kalvi virumpōṉ) argue que la vaccination contre la variole de l’homme par inoculation de la variole de la vache était connue de longue date des médecins hindous. Il cite à l’appui un vers sanskrit qui décrit la procédure de vaccination et qu’il dit provenir du Sactéya Grantham de Dhanwantari11. Wujastyk (p. 134) associe déjà cette « pious fraud » à Ellis, se fondant sur une source mentionnant que ce dernier composa un court poème en sanskrit sur le sujet de la vaccination et visant au même effet (lever les réticences locales, particulièrement celles des brahmanes, à la vaccination) par le même moyen (présenter la vaccination comme remontant à une période ancienne en Inde). Wujastyk conclut cependant que la vaccination antivariolique à base de vaccine n’a pu être connue dans l’Inde ancienne pour la simple et bonne raison que la variole de la vache semble n’y avoir jamais existé de façon naturelle12.

Dans une note supplémentaire (2011) à son article de 1987, Wujastyk, prenant en compte les informations supplémentaires fournies par Trautmann (2006), observe que le traité d’Ellis consiste en un dialogue entre Śakti et Dhanvantari13 tandis que le vers sanskrit du Madras Courier est présenté comme provenant du Sactéya Grantham (śākteya-grantha, « livre relatif à Śakti ») de Dhanwantari, à savoir Dhanvantari. Wujastyk suggère dès lors que Calvi Virumpon est un pseudonyme d’Ellis. On peut se demander en outre si, dans ce nom signifiant « qui aime / qui désire (virumpōṉ) la connaissance (kalvi) », Calvi (kalvi) n’est pas une allusion au College of Fort St. George – connu en tamoul comme kalvi-c-caṅkam – qu’Ellis contribua à créer et où il fut actif.

Pour conclure, il me tient à cœur d’évoquer la « chaîne scientifique » qui m’a permis d’exhumer cette version originale tamoule du traité sur la variole d’Ellis : Thomas Trautmann l’a évoquée dans son Languages and Nations et en a publié en appendice la traduction anglaise ; Jérôme Petit a catalogué le fonds de manuscrits indiens de la BIULO et en a publié la liste descriptive ; Grégoire Schlemmer m’a signalé l’existence de ce fonds. Je tiens également à souligner les facilités qu’offre la BULAC pour la consultation et la photographie des manuscrits dont elle est dépositaire.

J’espère, dans un avenir proche, publier l’édition commentée de l’Āṟāmāvaraviḷakkam d’Ellis.

 

Bibliographie

Bennett, Michael (2007). « Passage through India: Global Vaccination and British India, 1800–05 ». The Journal of Imperial and Commonwealth History 35/2 (June 2007), p. 201–220.

Brimnes, Niels (2004). « Variolation, Vaccination and Popular Resistance in Early Colonial South India ». Medical History 48, p. 199-228.

Debrett, John (1820). The Peerage of the United Kingdom of Great Britain & Ireland. Volume 1. 13e éd. London: G. Woodfall.

Naraindas, Harish (1998). « Care, welfare, and treason: The advent of vaccination in the 19th century ». Contributions to Indian Sociology 32 (May 1998), p. 67-96.

Petit, Jérôme (2007). « État du fonds de manuscrits indiens à la Bibliothèque interuniversitaire des Langues Orientales ». Bulletin d’études indiennes 24-25 (2006-2007), p. 191-206.

Trautmann, Thomas R. (2006). Languages and Nations: The Dravidian Proof in Colonial Madras. Berkeley [etc.] : University of California Press.

Wujastyk, Dominik (1987). « ‘A Pious Fraud’: The Indian Claims for pre-Jennerian Smallpox Vaccination ». Dans G. Jan Meulenbeld & Dominik Wujastyk (ed.), Studies on Indian Medical History, p. 121-154. Groningen : Egbert Forsten (Groningen Oriental Studies ; 2).

Wujastyk, Dominik (2011). « “A Pious Fraud”: 20 Year Update ». Annexe à la version en ligne de Wujastyk (1987).

  1. Ellis déclare dans sa correspondance avoir composé son traité d’abord en tamoul (Trautmann 2006, p. 232). []
  2. Voir aussi la notice en ligne. []
  3. Sur la devise des comtes de Guilford, voir Debrett (1820, p. 270 []
  4. http://www.bl.uk/reshelp/findhelprestype/manuscripts/guilford/ []
  5. Sur ce qu’il advint des papiers d’Ellis, voir Trautmann (2006, p. 77). []
  6. Ce titre, en ce qui concerne les comtes, est porté par les enfants mâles d’un comte sauf par l’aîné. Je présume que si un fils puîné devient comte, il cesse de porter ce titre. []
  7. Il convient donc de corriger le titre Ārāmāvaravilakkam, donné par Petit, en Āṟāmāvaraviḷakkam. []
  8. Pour noter ā et , les diacritique sont ici des accents. []
  9. Sur les résistances locales à la vaccination dans l’Inde coloniale, particulièrement dans le sud, et les stratégies mises au point pour les vaincre, voir aussi Naraindas (1998), Brimnes (2004), Bennett (2007). []
  10. Pour le scan de cet article, voir le blog de Wujastyk. Voir aussi archive.org. []
  11. Voir Wujastyk (1987, p. 123-125). []
  12. Par contre, la variolisation, inoculation d’une forme atténuée du virus de la variole humaine, semble avoir été bien connue dès le XVIIIe siècle en Inde du Nord et de l’Est (Brimnes 2004, p. 200). []
  13. Catti et Taṉmantari dans l’original tamoul. []

One thought on “Découverte de l’original tamoul de la légende de la variole de la vache de Francis Whyte Ellis

  1. Pingback: Le carreau de la BULAC – Un manuscrit tamoul unique : la légende de la variole de la vache

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *