Le panthéon indien de Châlons-en-Champagne

[For an English version, click here]

Le Musée des Beaux-arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne possède depuis 1872 un ensemble rare de vingt-deux sculptures en granite (ill. 1) provenant des environs de Pondichéry et de Karaikal (Karikal, Kāraikkāl). Ces statues furent données à sa ville natale de Châlons par Pierre-Eugène Lamairesse. Ce dernier officia de 1860 à 1866 comme ingénieur en chef des Établissements français dans l’Inde et c’est au cours de ses missions dans la campagne qu’il acquit auprès de villageois ces idoles tombées, assure-t-il dans sa correspondance, en désuétude.

Ill. 1 : les 22 statues du panthéon indien de Châlons. Photo : P. Ploix, Musées des Beaux-Arts et d'Archéologie de Châlons-en-Champagne

Ill. 1 : les 22 statues du panthéon indien de Châlons. Photo : P. Ploix, Musées des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne.

Cet ensemble exceptionnel, qui offre un panorama du panthéon des divinités de village du pays tamoul, a fait l’objet d’une description scientifique par Marie-Thèrese de Mallmann (1955 et 1956), mais n’était plus exposé depuis plus de dix ans. Afin de valoriser ce patrimoine, mais aussi de mettre en lumière la personnalité de Lamairesse et de replacer ces statues dans leur contexte d’origine, une exposition temporaire se tient au Musée des Beaux-arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne du 21 septembre 2013 au 28 février 2014. Organisée en collaboration avec le Musée du Quai Branly et le Musée Guimet, elle s’intitule « Sur la route des Indes : Un ingénieur français dans le Tamil Nadu ». Aux côtés des statues de Lamairesse sont exposées des pièces prêtées par le Musée Guimet, le Musée du Quai Branly, le Musée des Confluences de Lyon et l’École des Ponts et Chaussées de Champs-sur-Marne.

L’exposition offre une occasion unique d’admirer à nouveau le panthéon indien de Châlons dont toutes les pièces ont été restaurées et sont exposées. Si l’ensemble ne contient pas véritablement de chef-d’œuvre, certaines statues – telles deux Skanda/Murukaṉ et le Bouddha, la seule divinité indubitablement non hindoue de l’ensemble – ne manquent pas de finesse. D’autres attestent par contre le « caractère fruste et populaire » que leur trouvait déjà Mallmann (1956, p. 43). À l’exception du Bouddha (vraisemblablement du 13e siècle), les statues peuvent êtres datées de la période vijayanagara et nāyaka (environ 1350-1750).

L’intérêt de l’ensemble réside donc moins dans ses qualités esthétiques que dans le fait qu’il est représentatif des cultes villageois du pays tamoul. Outre des figures divines pan-indiennes (Gaṇeśa), d’autres sont typiquement sud-indiennes, voire même tamoules, tels Jyeṣṭhā et Aiyaṉār. Le panthéon de Châlons se démarque ainsi des collections d’art indien de France et d’ailleurs par son caractère non « officiel ».

Le catalogue de l’exposition est publié chez Somogy Éditions d’Art. Il contient des articles par Jacques Weber (« Les comptoirs de l’Inde de Dupleix à De Gaulle (1674-1963) »), Virginia Verardi (« Pierre-Eugène Lamairesse, ou le parcours atypique d’un ingénieur passionné par les arts et les lettres »), Emmanuel Francis (« Le panthéon indien de Châlons »), Luc Piralla Heng-Vong (« Les « idoles » indiennes d’Eugène Lamairesse : une collection coloniale ?»), Julien Rousseau (« Le corps des dieux. Généralités sur l’art, l’architecture et le culte hindou »), Amina Okada (« Images divines et chars de procession ») et Caroline Riberaigua (« Le cycle de vie d’une image sacrée »). Les notices des œuvres ont été rédigées par Emmanuel Francis, Yuko Fukuroi, Dominic Goodall, Karine Ladrech, Amina Okada, Caroline Riberaigua, Julien Rousseau, Aurélie Samuel, Charlotte Schmid et Virginia Verardi.

De nombreuses animations et conférences sont en outre organisées dans le cadre de cette exposition.

Informations.

Programme.

 

Bibliographie

Mallmann, Marie-Thérèse de (1955). « Une collection de sculptures indiennes à Châlons-sur-Marne. » Arts asiatiques 2(4), p. 274-293.

Mallmann, Marie-Thérèse de (1956). « La collection indienne du Musée de Châlons-sur-Marne. Guide commenté. » Mémoires de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, Tome LXXI, 2e série – Tome XXX, p. 1-56.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *