Uthaya Veluppillai — Manuscrits du canon shivaïte tamoul (XIIe-XIIIe siècles): patronage, préservation, pūjā

L’atelier thématique « Régionalisme & Cosmopolitisme : L’Inde du Sud » (CEIAS, EHESS/CNRS) a le plaisir de vous convier à une présentation d’Uthaya Veluppillai (chargée de cours, INALCO, Département d’Asie du Sud ; post-doctorante associée, UMR 7528 Mondes iranien et indien, CNRS/Paris-3/EPHE/INALCO).

Le vendredi 5 décembre 2014, 10h30, Salle 628 Pablo Casals au « France » (6e étage, côté CASE).

IMG_2544

Face sud de la chapelle de Campantar, Cīrkāḻi
(cliché U. Veluppillai, 2014)

Résumé :

Le Tirumuṟaikaṇṭapurāṇam, texte composé probablement au XIVe siècle par un certain Umāpati, raconte la légende de la découverte miraculeuse des manuscrits des hymnes tamouls de bhakti shivaïte à Citamparam, puis la compilation des onze premiers volumes du Tirumuṟai, canon shivaïte tamoul, sous le patronage royal.

En réalité, les données historiques montrent qu’un miracle divin, une volonté royale ou même Citamparam ne sont pas nécessaires pour trouver des manuscrits enfermés, en proie aux insectes, dans une pièce de temple.

Deux inscriptions, provenant de Cīrkāḻi et de Vīḻimiḻalai, deux sites du delta de la Kāvēri liés à la légende du poète Campantar, et datant respectivement du XIIe et du XIIIe siècle, enregistrent des donations de commanditaires locaux pour préserver, réparer et honorer les manuscrits du Tirumuṟai exposés au dépérissement.

Détail de l’inscription n°26 du Corpus épigraphique de Cīrkāḻi (cliché U. Veluppillai, 2014)

Détail de l’inscription n°26 du Corpus épigraphique de Cīrkāḻi
Souligné en rouge, le terme திருமுறை (tirumuṟai)
(cliché U. Veluppillai, 2014)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *