Christèle Barois — Worshiping Texts in Medieval India: The Transmission and Ritual Installation of Śaiva Manuscripts

L’atelier thématique « Régionalisme & Cosmopolitisme : L’Inde du Sud » (CEIAS, EHESS/CNRS) a le plaisir de vous convier à une présentation de Christèle Barois (Docteur en Langues, civilisations et sociétés orientales de l’EPHE; jeune docteur du CEIAS).
Le vendredi 6 mars 2015, de 11h à 13h, Salle 662 au « France » (6e étage, côté CEIAS).

Worshiping Texts in Medieval India:
The Transmission and Ritual Installation of Śaiva Manuscripts

Some Āgamic chapters (mostly unpublished, coming from the collection of the French Institute of Pondicherry) describe the transmission and ritual installation of manuscripts in the Śaiva tradition of Southern India (c. 10th-13th century). They expose rites in which the manuscript is worshiped in the same way as an image or a Liṅga in a temple. They treat of the “gift” (dāna) of manuscripts as they are the “medium” for canonical Śaiva treatises (Āgama): here, dāna means transmission and teaching; it necessarily implies the performance of a ritual installation of the “throne of knowledge” (that is to say, the manuscript), which follows the ritual pattern of the installation of an image. These chapters also contain valuable information that falls within the sphere of manuscriptology (material description of manuscripts – form, size –, prescriptions for their preparation, details on writing styles, etc.), in a sectarian context, strictly relating to the transmission from master to disciple.

—Textes en culte dans l’Inde médiévale :
La transmission et l’installation rituelle de manuscrits Śaiva

Certains chapitres āgamiques, pour la plupart inédits, issus de la collection de l’Institut français de Pondichéry, décrivent la transmission et l’installation rituelle de manuscrits dans la tradition Śaiva de l’Inde du Sud (c. Xe-XIIIe siècles). Ils exposent des rites où le manuscrit est honoré de la même façon qu’une image ou un Liṅga dans un temple. Il y est question du « don » (dāna) des manuscrits en tant qu’ils sont les « supports » des traités śivaïtes canoniques (Āgama) : dāna a ici le sens de transmission et d’enseignement ; il implique nécessairement l’accomplissement d’un rituel d’installation du « trône de connaissance » (c’est-à-dire du manuscrit), qui suit le schéma rituel de la procédure d’installation d’une image. Ces chapitres contiennent également des informations précieuses qui ressortissent au domaine de la manuscriptologie (description matérielle des manuscrits, prescriptions relatives à leur élaboration et aux techniques d’écriture, etc.), dans un contexte sectaire, qui concerne strictement la transmission de maître à disciple.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *