Solène Soosaithasan — Le mémorial de Mullivaikkal : hommage aux morts et identité pan-tamoule

Conférence de Solène Soosaithasan, Sciences Po, INALCO & ICP

Dans le cadre de l’atelier thématique du CEIAS

Régionalisme & Cosmopolitisme : L’Inde du Sud

Le mardi 23 janvier 2018, de 10h à 12h, Salle AS1_24 (1er sous-sol), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

© Voiceoftamil (CC BY-SA 3.0)

L’art et la guerre ont une relation particulière et très étroite en Asie du Sud, notamment en Inde et au Sri Lanka. Les héros sont souvent dépeints dans des fresques légendaires à travers la musique et la danse, les films. Les récits du Mahabharata et du Ramayana narrent les actions héroïques des dieux et demi-dieux. De même, les films actuels indiens racontent l’histoire d’hommes ordinaires qui se révèlent finalement être des « super-héros ». Ceux-ci défendent les intérêts de la nation vis-à-vis des criminels, des traîtres ou encore des étrangers venus semer le chaos, etc. Le même esprit anime certains types de monuments tels que des mémoriaux. L’art revêt en effet une importance cruciale dans le travail de mémoire pour exalter la lutte des « combattants de la liberté » (Freedom Fighters) du LTTE (Tigres tamouls de l’Eelam). Tel est le cas du mémorial privé de Mullivaikkal (முள்ளிவாய்க்கால்), érigé à Thanjavur, au Tamil Nadu, en Inde. Ce mémorial a été financé par des sympathisants de la mouvance du LTTE mais aussi par des chantres du nationalisme tamoul, pour la plupart actifs dans la World Tamil Confederation. Ils soutiennent la lutte des tigres tamouls et déplorent la situation des tamouls du Sri Lanka. Ce mémorial, censé ouvrir ses portes en mai 2013, pour rendre hommage aux victimes civiles du conflit sri lankais (2009), est nommé Mullaitivu Ninaivu Muttam (முல்லைதீவு நினைவு முத்தம்), c’est-à-dire le mémorial en souvenir de Mullivaikkal (Sri Lanka). Ce support artistique a permis à certaines personnalités tamoules indiennes telles que Pala Nedumaran, Nadarajah, etc. de cibler la mémoire d’un événement spécifique, en lien avec une (re)construction d’une identité pan-tamoule et/ou dravidienne.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.